La Véritable Histoire de l’Image Qui a Défait le Culte-Trump


DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

Entre (). « Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai alors qui tu es ». Bravo ! Fermons les ().

Derrière l’image disait autrefois le spécialiste des communications. En particulier dans le cas des affaires de la télévision. Le numérique a livré définitivement la démocratie du pouvoir, de l’intelligence à qui veut se l’entendre dire. Plus de télé réalité show à saveur de, pour se croire influent. Grande spécialité de jeunesses éculées du président Donald Trump traduit en « roi de la gaffe » impardonnable. Il a été mentionné que l’avenir tiendra ainsi compte in facto de la libéralisation maladroite mal intentionnée de l’Internet désormais déréglementé. Un spectre s’est effondré. Monocle Donald a commis l’irréparable. Alors, « acta non verba » !

Que se cache-t-il alors derrière l’image qui a fait dérailler ? Non pas le train de car il n’y en a. Mais, les rails de la TT Culture (Trump-Tower Culture). Hélas la grossièreté dans l’opulence. La communication est art certes, mais l’encodage est un autre spectre. Regardons d’abord les parenthèses. Dira-t-on : « qui se ressemble s’assemble » ? Ton Donald perd carrément le cap en s’insurgeant contre l’Haïtien docile. Mieux, le véritable coupable dans cette affaire serait Jovenel Moïse d’Haïti. Il est celui par qui le scandale arriva car nous aimions le DT joker.

En recréant la notion de prisonnier politique en Haïti et un contexte de vêpres, à l’Arcahaie, il a poussé l’auteur à illustrer ce qui est désormais à la hauteur du nez de Donald T. La bêtise haïtienne illustrée. Attention, l’Haïti politique de la culture de l’épilogue, telle que dénoncée !

Donald de son ami Rex Tillerson rompu de Bannon, n’a qu’à s’en prendre à Jovennel Moïse. C’est lui qui dans la réalité, a enlevé la folie de grandeur de la TT Culture enrichissant ce patrimoine de pauvreté cruelle. C’est contraire à la pensée de, il a fallu la lui illustrer. Ceci néanmoins, ne serait sans Jackson ce prisonnier politique de Moïse, cité. L’exilé en sus.

Nous savions que l’Oncle Donald était la réimpression du personnage de Howard Hughes tel que traité dans la série d’articles sur le Trumping the… ! Howard ne respectait même pas ses infirmières qui prenaient malgré tout soin de lui, plus que d’un simple patient. Donald n’en est pas conscient. À ce jour, à mon avis. Tel un personnage de télé réalité, il est perdu. Nous le lui avions dit à travers d’autres publications et éditions. Le temps de visiter Haïti s’engageait vers sa fin. Il serait trop tard. Croyant l’esprit de la Ravines-à-Couleuvres une affaire de diabolo

Qu’on le sache, la Géographie Cybernétique ne renferme de notion de frontières, elle tombe. Il faut sans outre mesure, négocier. Soit ton Donald se tait, sois nous serons plus qu’un vulgaire gros bouton noir dans sa pensée. Qu’il demande à Jovenel de vider cette prison car, fréquenter Jovenel, c’est aussi un résultat ; « s’assemble ». Peu importe alors, soit l’image de droite remonte dans les standards, soit l’image de gauche se rabatte à l’autre standard.

Désolé Oncle Donald, Rio ne répond plus ! Il te reste par contre une sérieuse alternative, celle de condamner l’ancien conseiller fédéral suisse, Christophe Blocher, pour ce mal invétéré.


Référence : http://www.reseauhem.ch/jovenel-moise-replonge-en-prisonniers-politiques-et-exiles/ http://haiti-observateur.ca/?p=1243